Premiers tours de prise de force

Gilles et Joseph avaient déjà fait quelques longueurs avec le tracteur et des petits disques pour enfouir les pailles coupées et les repousses de sorgho. Peine perdue, la terre était trop sèche et le sorgho trop bien implanté pour se laisser retourner. Et comme c'est vraiment une plante du Sahel, elle a repoussé alors qu'il n'a pas plu une goutte d'eau entre début juillet et fin août ! Johan et Joseph se sont relayés pendant presque deux jours pour gyrobroyer la deuxième pousse, qui atteint 60 cm dans les sols les plus profonds ! En moyenne, ce sont 6 tonnes de matière sèche que nous allons, san compter les racines qui sont d'un volume comparable aux parties aériennes. Le tracteur, quant à lui, a retrouvé son hébergement chez Christophe, au domaine de Cassagnole.