Et maintenant, le vent

On est enfin prêts à bâcher. Merci à Ouazani, maraîcher dans le Gard, qui nous a prêté son disque à creuser des tranchées pour enterrer et tenir les pieds des bâches plastiques, même si sur notre tracteur à attelage un peu haut il ne creuse pas aussi profond qu'à Beaucaire. Il y a de la solidarité à la Confédération Paysanne. Le vent est moins clément : il s'est mis à souffler comme il souffle souvent en février à Montpellier. Les voisins nous disent que le mistral souffle par multiples de 3 jours ; on dirait qu'on a tiré le 9...