La pluie, la pluie, la pluie ...

Ça ne s'arrête plus de pleuvoir, et les sols ont atteint la saturation de leurs réserves. Cédric va probablement y laisser sa première plantation de pommes de terre et ses premières carottes et Christian son ail et ses petits pois. Le bas de leurs parcelles est noyé dans 10 cm d'eau stagnante. De telles pluies permettent de souligner les micro-reliefs de cette plaine, qui nous semblait bien plus plate. On aussi découvert avec ces pluies que la plaine a fait l'objet d'aménagements importants : une buse mène par exemple l'eau du fossé du haut de la parcelle vers le ruisseau du bas de la parcelle ; ce serait encore mieux si ledit fossé n'était pas à moitié rebouché après des années d'abandon et ne vomissait pas son trop-plein dans la serre de Cédric. Un chantier de curage en perspective...